Baisse du gaz - 2023 : explications, évolutions, prix du kWh

Mis à jour le
minutes de lecture

Baisse du gaz - 2023

Le prix du gaz évolue mensuellement sur décision des pouvoirs publics, après concertation et validation de la CRE – Commission et Régulation des Énergies. Plusieurs facteurs participent à la fluctuation du prix du gaz, comme : les coûts liés à la production, à l'acheminement ou au transport de l'énergie. Le prix du gaz diffère aussi selon la classe de consommation et la zone tarifaire dans laquelle habitent les consommateurs. Quelles sont les baisses et hausses des prix du gaz en 2023 ?

Trouvez votre zone tarifaire de gaz :

Quel est le prix du gaz dans ma commune ?

  • Ambléon (01300)
  • Ambronay (01500)
  • Ambutrix (01500)
  • Ambérieu-en-Bugey (01500)
  • Ambérieux-en-Dombes (01330)
Patience...

L'essentiel sur les facteurs évolutifs du prix du gaz en France :

Le prix du gaz facturé au consommateur final est calculé de façon à couvrir les frais liés à son extraction, son stockage, son achat et sa distribution. À cela, sont additionnés les frais de commercialisation et les différentes taxes et contributions sur le gaz naturel, afin d'obtenir le prix final.

Le gaz est acheté sur le marché de gros sur lequel différents facteurs font fluctuer le prix du gaz :

  • Le Title Transfert Facility : il s'agit du cours de la bourse du gaz ;
  • Le cours du pétrole ;
  • Le taux de change € / $ ;
  • Les enjeux climatiques ;
  • Les augmentations ou diminutions des taxes, actées par les pouvoirs publics.

L'évolution de la facture de gaz en juin 2023

Le 30 juin 2023 marque la disparition des tarifs réglementés du gaz. Ces derniers sont remplacés par le Prix Repère Gaz, qui est le nouveau tarif de référence calculé et publié par la Commission de Régulation de l'Energie (CRE). Selon la CRE, ce prix repère est en moyenne 19,4 % moins cher que l'ancien TRV pour un foyer classique chauffé au gaz.

Le prix repère prend en compte les coûts d'approvisionnement et les coûts hors approvisionnement, pour refléter au mieux les coûts supportés par les fournisseurs pour un client résidentiel. En février 2024, voici la grille tarifaire du Prix Repère Gaz de la CRE :

Grille tarifaire Prix Repère Moyen de Vente de Gaz naturel CRE
CRE Prix de l'abonnement annuel Prix du kWh TTC de gaz
Zone 1 Zone 2 Zone 3 Zone 4 Zone 5 Zone 6
0-6000 kWh/an 102.94 € 0.1214 € 0.1214 € 0.1214 € 0.1214 € 0.1214 € 0.1214 €
6001-300000 kWh/an 257.18 € 0.0968 € 0.0975 € 0.0982 € 0.0989 € 0.0995 € 0.1002 €

Tarifs en € (TTC) de l'offre Prix Repère Moyen de Vente de Gaz naturel du fournisseur CRE mis à jour quotidiennement : 27/02/2024

L'évolution de la facture de gaz en janvier 2023

Le 1er janvier 2023, le prix du gaz a augmenté de 15 %, une hausse cependant limitée grâce au maintien du bouclier tarifaire, prolongé jusqu'en juin 2023. En moyenne, cette hausse se répercute à hauteur de 25 € par mois sur le portefeuille des ménages. Montant qui aurait dû avoisiner les 200 € mensuels sans l'application du bouclier tarifaire.

Pour faire face à cette évolution, la Première Ministre, Elisabeth Borne, a annoncé l'attribution d'un chèque énergie "exceptionnel" aux foyers les plus modestes. Cette aide financière sera bien entendu envoyée en complément du chèque énergie habituellement reçu par les foyers bénéficiaires. Son montant pourra atteindre entre 100 € et 200 €.

L'évolution de la facture de gaz en 2022

Le gouvernement a décidé de geler le prix du gaz au 1ᵉʳ octobre 2021 grâce à la mise en place d'un bouclier tarifaire, initialement fixé jusqu'en juin 2022 et finalement prolongé jusqu'en 2023. Ce bouclier tarifaire permet de protéger les consommateurs des hausses de prix. Dans le but de garantir une transparence totale aux acteurs du marché du gaz, la Commission de Régulation de l'Énergie (CRE) a rendu public le barème du tarif réglementé de gaz pour le mois d'août 2022.

  • Sans le bouclier tarifaire, le prix du gaz en décembre 2022 aurait baissé de 17,6 % HT, soit 17 % TTC. Cela représente toutefois une hausse de 135 % par rapport à octobre 2021 (date du gel des TRV).
  • Sans le bouclier tarifaire, le prix du gaz en novembre 2022 aurait baissé en moyenne de 5 % TTC (5,2 % HT). Toutefois, malgré cette baisse, le prix du gaz aussi aurait été supérieur de 185,6 % HT, soit 167,5 % TTC, au niveau en vigueur fixé au 1 er octobre 2021.
  • Sans prolongation du bouclier tarifaire au-delà du 30 juin 2022, la CRE indique que le prix du gaz aurait augmenté de +37,3 % TTC au 1ᵉʳ septembre 2022, par rapport au 1ᵉʳ aout 2022, ce qui représente une hausse de 181,5% TTC par rapport au 1ᵉʳ octobre 2021.

L'évolution de la facture de gaz en 2021

Hausses et baisses des tarifs réglementés du gaz 2021 (TRV)
Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre
+0,2 % +3,5 % +5,7 % – 4,1 % +1,1 % +4,4 % +9,96 % +5,3 % +8,7 % +12,6 % -- --

Octobre 2021 : un prix du gaz rarement égalé suite à une hausse de +12,6 % HT

Le prix du gaz s'envole au 1ᵉʳ octobre 2021 avec une augmentation record de +12,6 %, seuil inégalé depuis janvier 2015. Cette hausse s'explique notamment par une augmentation des coûts d'approvisionnement d'Engie de +0,99 €/kWh (délibération de la CRE du 23 septembre 2021) par rapport au mois de septembre et se traduit comme suit pour les particuliers et petits professionnels :

  • +4,5 % pour les ménages utilisant le gaz pour la cuisson ;
  • +9,1 % pour une double utilisation du gaz naturel ;
  • +14,3 % pour les ménages qui utilisent le gaz pour le chauffage (tarif B1) ;
  • +16,1 % pour les petits professionnels ou les copropriétés (tarif B2i).

Août 2021 : hausse du prix du gaz naturel de 5,3 % HT

Une fois de plus, le gaz augmente en août 2021, de 5,3 % HT en moyenne. Cette hausse de prix est principalement due à la reprise économique au niveau mondial. On retient comme facteurs principaux la demande et les prix très élevés en Asie qui absorbent l'offre mondiale de gaz naturel liquéfié, les stockages européens de gaz fortement affectés par des températures basses par rapport aux normes de saisons, la hausse du prix des quotas d'émissions de CO₂ et de charbon en Europe, et enfin des importations depuis la mer du nord qui ont été impactés par divers incidents.

L'augmentation du prix du gaz naturel se répartit comme suit :

  • +1,6 % pour les ménages utilisant le gaz pour la cuisson ;
  • +3,3 % pour une double utilisation du gaz naturel ;
  • +5,5 % pour les ménages qui utilisent le gaz pour le chauffage (tarif B1) ;
  • +6,3 % pour les petits professionnels ou les copropriétés (tarif B2i).

Le prix du gaz naturel augmente une nouvelle fois en juillet 2021 : +9,96 % !

La CRE a délibéré. Après une hausse de 4,4 % en juin, les clients subissent une fois de plus les aléas du prix du gaz naturel. Pour juillet, c'est une augmentation de 9,96 % HT qui sera effective à partir du premier jour du mois. Cette augmentation, subie de plein fouet par les consommateurs, et l'une des conséquences de la crise sanitaire mondiale, et de la reprise des activités économiques du pays

Par ailleurs, l'évolution du coût des CEE est l'un des éléments marquants de cette hausse, représentant à lui seul plus de 2%.

Ci-dessous le détail de la répercussion de la hausse du prix du gaz de juillet 2021, selon chaque classe de consommation :

  • +2,8 % pour les ménages utilisant le gaz pour la cuisson ;
  • +6 % pour une double utilisation du gaz naturel ;
  • +10,3 % pour les ménages qui utilisent le gaz pour le chauffage (tarif B1) ;
  • +11,9 % pour les petits professionnels ou les copropriétés (tarif B2i).

Hausse du prix du gaz de 4,4 % en juin 2021

Au 1ᵉʳ juin 2021, le prix du gaz augmente une nouvelle fois, de 4,4 %. Les causes de cette hausse sont la demande élevée de gaz naturel au niveau mondial, notamment en Amérique du Sud et en Asie, l'augmentation du prix des quotas de CO₂ sur le marché européen et des opérations de maintenance en mer du Nord. Aussi, les températures en dessous des normales saisonnières impactent davantage les stocks européens déjà fortement sollicités l'hiver dernier, ce qui a pour répercussion l'augmentation du prix du gaz naturel.

  • +1,2 % pour les ménages utilisant le gaz pour la cuisson ;
  • +2,6 % pour une double utilisation du gaz naturel ;
  • +4,6 % pour les ménages qui utilisent le gaz pour le chauffage (tarif B1) ;
  • +5,4 % pour les petits professionnels ou les copropriétés (tarif B2i).

Pas de baisse mais une hausse de 1,1 % au 1ᵉʳ mai 2021

Au 1ᵉʳ mai 2021, le prix du gaz augmentera de 1,1 % en moyenne. C'est le résultat de l'augmentation des coûts d'approvisionnement d'Engie (fournisseur historique) ainsi que la hausse du prix du GNL (Gaz Naturel Liquéfié).

En effet, la demande en GNL a augmenté en Chine et en Inde et le canal de Suez s'est retrouvé bloqué fin mars. Ces facteurs ont donc influencé le cours du prix du GNL et par conséquent le prix du gaz naturel.

Avril 2021 : Le prix du gaz naturel baisse de 4,1 % en moyenne !

En avril 2021 le tarif réglementé du gaz naturel baisse d'en moyenne 4,1 %. Après de régulières hausses depuis le début d'année, cette baisse s'explique notamment par la remontée des températures en France, et donc une utilisation plus modérée des appareils fonctionnant au gaz. L'autre facteur qui a joué dans la baisse du tarif réglementé du gaz naturel est la diminution du prix du gaz liquéfié en Asie et en Europe.

Concrètement, voici comment s'applique la baisse du prix du gaz naturel selon l'utilisation qui en est faite :

  • – 1,2 % pour les ménages utilisant le gaz pour la cuisson ;
  • – 2,5 % pour une double utilisation du gaz naturel ;
  • - 4,3 % pour les ménages qui utilisent le gaz pour le chauffage (tarif B1) ;
  • - 5 % pour les petits professionnels ou les copropriétés (tarif B2i).

Mars 2021 : pas de baisse de prix du gaz en mars

En mars 2021, c'est une nouvelle hausse du prix du gaz qui frappe les foyers français alimentés en gaz naturel. Cette augmentation de 5,7 % HT en moyenne par rapport à février 2021 est principalement due à la hausse du coût d'approvisionnement Engie. En parallèle, le mois de mars 2021 signe la fin du terme de lissage, qui devient égal à 0c€ /kWh. La fin de ce dispositif impacte aussi la hausse du prix du gaz naturel, à hauteur de 0.030c€ /kWh. Si le dispositif de lissage n'avait pas pris fin, la hausse du 1ᵉʳ mars aurait été de 5,1 % au lieu de 5,7 % en moyenne.

Ci-dessous la répercussion de cette hausse selon les différents barèmes d'utilisation du gaz naturel.

  • + 1,5 % pour les ménages n'utilisant le gaz que pour la cuisson ;
  • + 3,4 % pour les ménages utilisant le gaz pour la cuisson et l'eau chaude ;
  • + 5,9 % pour les ménages se chauffant au gaz dans un logement individuel (tarif B1) ;
  • + 6,9 % pour les petits professionnels ou les copropriétés (tarif B2i).

Février 2021 : hausse du prix du gaz de 3,5 %

En février 2021, le prix du gaz augmente une nouvelle fois pour les clients particuliers et professionnels. Cette hausse plus importante que celle de janvier est une nouvelle fois due aux coûts d'approvisionnement du fournisseur Engie qui augmentent de 1,8€ /MWh. Cela se traduit par une hausse de 3,5 % en moyenne sur la facture d'énergie des Français.

L'augmentation des coûts d'approvisionnement d'Engie s'explique principalement par une demande croissante du gaz naturel en Asie qui vit en ce moment une grande vague de froid. Cette demande exceptionnelle en gaz naturel affecte l'ensemble des marchés internationaux et incite les Européens à puiser dans leurs réserves de gaz naturel.

Ci-dessous comment se traduit cette hausse du prix du gaz selon chaque classe de consommation.

  • + 0,9 % pour les ménages n'utilisant le gaz que pour la cuisson ;
  • + 2,1 % pour les ménages utilisant le gaz pour la cuisson et l'eau chaude ;
  • + 3,7 % pour les ménages se chauffant au gaz dans un logement individuel (tarif B1) ;
  • + 4,3 % pour les petits professionnels ou les copropriétés (tarif B2i).

Janvier 2021 : une hausse de 0,2 %

En janvier 2021, le prix du gaz a encore augmenté, cette fois-ci de 0,2 %. Début 2021 n'a pas pris le même départ que 2020, qui a été caractérisé par de multiples baisses du prix du gaz notamment en début d'année.

Cette hausse de 0,2 % répond à l'augmentation des coûts d'approvisionnement du fournisseur Engie de 0,01c€/kWh. Concrètement, cette hausse de prix se répercute de la manière suivant sur la facture des ménages.

  • + 0,1 % pour les ménages n'utilisant le gaz que pour la cuisson ;
  • + 0,1 % pour les ménages utilisant le gaz pour la cuisson et l'eau chaude ;
  • + 0,2 % pour les ménages se chauffant au gaz dans un logement individuel (tarif B1) ;
  • + 0,2 % pour les petits professionnels ou les copropriétés (tarif B2i).

L'évolution de la facture de gaz en 2020

Hausses et baisses des tarifs réglementés du gaz 2020 (TRV)
Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre
- 0,9 % - 3,3 % - 4,6 % - 4,4 % - 1,3 % - 2,8 % - 0,3 % +1,3 % +0,6 % +4,7 % +1,6 % +2,4 %

Décembre 2020 : le prix du gaz ne baisse pas

Comme chaque année, en période froide et hivernale, le prix du gaz ne cesse d'augmenter. Pour le mois de décembre 2020, la hausse s'élève à 2,4 %, elle est notamment due à une hausse du tarif moyen HT et CTA de 1,2 € /MWh.

Concrètement, voici l'impact de cette augmentation du prix du gaz sur la facture annuelle d'un client moyen (Hors taxes et CTA).

  • + 0,6 % pour les ménages n'utilisant le gaz que pour la cuisson ;
  • + 1,4 % pour les ménages utilisant le gaz pour la cuisson et l'eau chaude ;
  • + 2,5 % pour les ménages se chauffant au gaz dans un logement individuel (tarif B1) ;
  • + 3 % pour les petits professionnels ou les copropriétés (tarif B2i).

FIN DU TARIF RÉGLEMENTÉ POUR LES PROS ! C'était en transition et c'est maintenant acté : les clients professionnels ayant toujours une offre au tarif réglementé du gaz devront en changer d'ici au 1ᵉʳ décembre. Si la modification n'est pas faite à cette date, le contrat se verra automatiquement basculé vers une offre de marché, que la CRE (Commission de Régulation des Énergies) aura choisi.

Novembre 2020 : une nouvelle hausse de 1,6 %

Dans son rapport du 22 octobre 2020, la Commission de Régulation des Énergies annonce l'augmentation moyenne du prix du gaz de 1,6% au 1er novembre 2020. Une nouvelle fois, cette hausse fait suite à l'augmentation des coûts d'approvisionnement Engie.

Cette hausse de prix sera impactée de la manière suivante sur la facture des consommateurs.

  • + 0,4 % pour les ménages n'utilisant le gaz que pour la cuisson ;
  • + 0,9 % pour les ménages utilisant le gaz pour la cuisson et l'eau chaude ;
  • + 1,7 % pour les ménages se chauffant au gaz dans un logement individuel (tarif B1) ;
  • + 2 % pour les petits professionnels ou les copropriétés (tarif B2i).

Octobre 2020 : hausse de 4,7 % au lieu de 7 %

Pour la troisième fois consécutive, le prix du gaz augmente en octobre 2020. Cette hausse d'en moyenne 4,7 % sera répercutée de la manière suivante sur la facture des consommateurs :

  • + 1,2 % pour les ménages n'utilisant le gaz que pour la cuisson ;
  • + 2,6 % pour les ménages utilisant le gaz pour la cuisson et l'eau chaude ;
  • + 4,9 % pour les ménages se chauffant au gaz dans un logement individuel (tarif B1) ;
  • + 5,9 % pour les petits professionnels ou les copropriétés (tarif B2i).

L'augmentation du prix du gaz est liée à l'augmentation des coûts d'approvisionnement du fournisseur Engie (augmentation de 0,310 c€/kWh), qui comprennent : les coûts de transport, de stockage et de distribution.

À savoir qu'en juillet 2020 a été réintroduit de terme de lissage, permettant que l'augmentation du prix de l'énergie ne soit pas trop brutal pour les consommateurs. Sans ce terme de lissage, l'augmentation du prix du gaz en octobre 2020 aurait été de 7 % au lieu de 4,7 %.

Septembre 2020 : Une nouvelle hausse du gaz annoncée

Une hausse de 0,6 % du prix du gaz est à noter pour le mois de septembre 2020. Les causes de cette hausse sont les suivantes :

  • Les coûts d'approvisionnement d'Engie qui ont augmenté de +0,04 c€/kWh ;
  • La baisse du terme de lissage de -0,01c€/kWh.

Après plusieurs baisses du prix du gaz en 2019 et 2020, cette hausse constitue la deuxième de l'année après celle d'août.

Aout 2020 : hausse du prix du gaz de 1,3 % après de nombreuses baisses

Après des baisses constantes du prix du gaz depuis décembre 2019, le mois d'août 2020 acte marque la première augmentation du prix du gaz depuis près de 8 mois. Cette hausse est notamment due :

  • au principe de lissage rétabli par les pouvoirs publics en juillet 2020 ;
  • à la hausse des coûts d'approvisionnement Engie de 0,06c€/kWh en raison de la reprise des activités après la crise du coronavirus.

Effectivement, la baisse des activités économiques avait largement perturbé les producteurs et fournisseurs d'énergie qui ont vu leur activité baisser. Le second semestre 2020 devrait permettre à ces établissements de combler ces pertes.

Juillet 2020 : baisse du prix du gaz de 0,3 %

Le mois de juillet 2020 s'annonce une nouvelle fois propice pour les consommateurs de gaz naturel. Effectivement, le prix du gaz baisse ce mois-ci de 0,3 %.

Pourtant, il est naturel de s'interroger sur le montant de la baisse, qui apparaît moins élevée que les mois précédents. À savoir que pour les mois à venir, la CRE a décidé de réintroduire le principe de lissage, permettant de protéger les consommateurs d'une éventuelle future hausse en hiver prochain.

Effectivement, la crise sanitaire passée cette année ayant fortement affecté le prix du gaz, on peut s'attendre à ce que ce dernier subisse plusieurs hausses courant fin d'année 2020. Le terme de lissage permet donc d'anticiper et de protéger les consommateurs des hausses à venir.

Pour l'heure, le prix du gaz perd 0,3 %, avec pour cause une nouvelle fois, la diminution des coûts d'approvisionnement du fournisseur historique Engie. Cette diminution du prix du gaz se répartit de la façon suivante sur les factures des consommateurs :

  • - 4,3 % pour ceux utilisant le gaz pour la cuisson ;
  • - 1,6 % pour les cuissons qui utilisent le gaz pour l'eau chaude et la cuisson ;
  • - 0 % pour les usagers se chauffant au gaz.

Une nouvelle baisse du gaz en Juin 2020 - 2,8 %

Pour suivre la tendance annuelle, le prix du gaz baisse une nouvelle fois en juin 2020, de 2,8 %. Depuis le début de l'année 2020, le prix du gaz naturel n'a cessé de baisser, cumulant au total 17,3 % de moins par rapport à décembre 2019. Une fois de plus, les coûts d'approvisionnement sont la raison de cette diminution de juin 2020.

La baisse du prix du gaz naturel pour juin 2020 est représentée sur la facture de la façon suivante :

  • En classe de consommation Base : - 0,7 %
  • En classe de consommation B0 : - 1,5 %
  • En classe de consommation B1 : - 2,9 %
  • En classe de consommation B2i : - 3,4 %

Baisse du gaz en mai 2020 de 1,3 %

Faisant suite à la délibération de la Commission de régulation de l’énergie du 23 avril 2020 concernant le calcul du barème des tarifs réglementés du gaz proposés par Engie, le prix du gaz baisse de 1.3 % en mai 2020.

Corrélé à la baisse des coûts d'approvisionnement de - 0,06 c€/kWh, soit -0,6 €/MWh du fournisseur historique Engie, le prix du gaz voit une fois de plus une évolution positive, pour les consommateurs.

Concrètement, cette baisse est répercutée sur les factures des clients de la façon suivante :

  • En classe de consommation Base : - 0,3 %
  • En classe de consommation B0 : - 0,7 %
  • En classe de consommation B1 : - 1,3 %
  • En classe de consommation B2i : - 1,6 %

Le prix du gaz perd 4,4 % en avril 2020

Le prix du gaz a perdu 4,4 % le 1ᵉʳ avril 2020. Cette application fait suite à la délibération de la CRE et à l'application de la formule tarifaire actée le 27 juin 2019, relative aux tarifs réglementés du gaz commercialisés par Engie.

Selon la CRE, cette baisse serait donc principalement due à la diminution des coûts d'approvisionnement du gaz de 0,220 €/MWh.

Les clients consommateurs gaz sont donc impactés de la façon suivante :

  • En classe de consommation BASE : - 1,1 %
  • En classe de consommation B0 : - 2,5 %
  • En classe de consommation B1 : - 4,8 %

Le prix du gaz baisse de 4,6 % en mars 2020

Pour la troisième fois consécutive, le prix du kWh de gaz baisse en mars 2020. La Commission de Régulation de l'Énergie a été saisie le 5 février 2020 pour approuver le nouveau barème des tarifs réglementés de vente de gaz naturel proposés par Engie.

Conforme à la formule de calcul initial, la baisse du prix de vente du gaz naturel est donc actée à hauteur de 4,6 %, et est corrélée à la baisse des coûts d'approvisionnement (- 2,8 € / MWh, soit 0,280 c€/kWh).

Plus concrètement, l'impact de cette baisse pour les consommateurs est définie de la manière suivante.

  • Évolution de la facture annuelle en % pour un client moyen
  • En classe de consommation BASE : - 1,2 %
  • En classe de consommation B0 : - 2,7 %
  • En classe de consommation B1 : - 4,8 %
  • En classe de consommation B2I : - 5,6 %

De plus, le mois de mars est caractérisé par l'arrêt du terme de lissage introduit en juillet 2019 et permettant de réguler la répercussion des aléas du tarif réglementé de vente sur la facture des consommateurs.

Le prix du gaz baisse de 3,3 % en février 2020

Suite à la baisse du prix du gaz en janvier 2020 de 0,9 %, le gouvernement, en accord avec la CRE opte pour une nouvelle baisse de 3,3 % du prix du gaz au 1ᵉʳ février 2020. Ces deux baisses consécutives font suite à la diminution des coûts d'approvisionnement du gaz sur les marchés de gros (- 0,180 c€/kWh). La variante du lissage quant à elle reste stable (- 0,039c€/kWh) et n'a donc pas d'impact sur la baisse du prix du gaz pour ce mois-ci.

La facture de gaz baisse de 0,9 % en janvier 2020

Les usagers du gaz profitent depuis janvier 2020 d'une baisse du prix du gaz de 0,9 %, soit 0,050€ / mWh. À l'origine de cette baisse, les coûts d'approvisionnement qui, entre le 1ᵉʳ janvier 2019 et le 1ᵉʳ janvier 2020, ont diminué de 0.050 c€ / kWh. Cette baisse est la bienvenue dans un contexte ou le prix du gaz n'avait qu'augmenté durant les deux derniers mois, de +3 % en novembre et 0,6 % en décembre.

Le terme du lissage, visant à étaler les évolutions tarifaires mensuelles, n'a quant à lui aucun impact sur le prix du gaz puisqu'il est resté stable entre décembre 2019 et janvier 2020.

Les répercussions de la baisse des tarifs gaziers se définissent comme s'ensuit.

Baisse du prix du gaz : impact sur la facture de gaz en 2020
Usage du gaz Évolution de la facture de gaz annuelle – Hors taxes et CTA
Tarif Base
(cuisson)
- 0,2 %
Tarif B0
(cuisson et eau chaude sanitaire)
- 0,5 %
Tarif B1
(chauffage, eau chaude sanitaire, cuisson)
- 1,0 %
Tarif B2i
(petite chaufferie)
- 1,1 %

Afin de pallier les fluctuations du tarif réglementé du gaz, affectant par conséquent les offres de marché, il est possible de souscrire à des offres fixes.

Celles-ci permettent au consommateur de souscrire un prix constant sur une certaine durée, de 1 à 4 ans. D'autre part, certains fournisseurs proposent d'appliquer les baisses du tarif réglementé sur le prix de l'offre, tout en détournant les hausses de ce dernier. Les conseillers du groupe Selectra proposent de réaliser des estimations et de trouver les offres les plus adaptées au logement, au 09 87 67 38 23 - Rappel gratuit.

L'évolution du prix du gaz en 2019

En réponse aux protestations des gilets jaunes qui ont débuté courant du second semestre 2018, le gouvernement avait pris la décision de geler les tarifs réglementés du gaz de janvier à juin 2019. Effectivement, le ras-le-bol collectif venait, en partie, en contestation des hausses consécutives et importantes du prix de l'énergie.

Grâce au gel de la TICGN (Taxe intérieure de consommation sur le gaz naturel), les consommateurs de gaz se sont vus gratifiés d'une baisse des prix du gaz de près de 2 % en début janvier 2019, par rapport à décembre 2018.

Cependant, afin de pallier durablement aux hausses du tarif réglementé et de respecter l'engagement de gel des prix du gaz jusqu'en juin 2019, une mesure supplémentaire a du être appliquée. En effet, pour assurer la stabilité des coûts d'approvisionnement, le gouvernement a demandé à Engie de procéder à une opération de couverture afin de se prémunir contre un éventuel risque de variation défavorable. Ainsi, la formule de calcul utilisée pour définir les tarifs réglementés du gaz a pu être suspendue pour une durée de 5 mois.

Suite à ce gel des tarifs, les consommateurs ont pu apprécier une forte diminution du prix du gaz résultant d'une autre baisse des coûts d'approvisionnement, allant jusqu'à 6,7 % en juillet 2019. L'année a donc été majoritairement marquée par des diminutions consécutives du prix du gaz, avant de subir deux augmentations en fin d'année : + 3 % en novembre et + 0,6 % en décembre. 

Voici l'évolution mensuelle du prix du gaz en France pour 2019.

Évolutions du tarif réglementé du gaz en 2019
Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre
– 1,9 % – 0,73 % 0 % - 1,91 % - 0,60 % - 0,45 % - 6,7 % - 0,5 % - 0,9 % – 2,4 % + 3 % + 0,6 %

L'évolution du prix du gaz sur 10 ans

Les prix réglementés moyens ont effectivement beaucoup fluctué tout au long de cette dernière décennie. Après de fortes hausses entre 2010 et 2012 - près de 50 % -, ils ont baissé d'environ 12 % entre 2013 et 2016. Cette baisse a continué au cours du premier semestre 2016, avant de subir des hausses consécutives jusqu'en 2018. Cette année-là est d'ailleurs marquée par une forte augmentation de la taxe TICGN suivie d'une hausse des prix du gaz.

Dans le contexte des revendications des gilets jaunes, le gouvernement annonce le gel des prix du gaz jusqu'en juin 2019. Voici l'historique des variations du prix du gaz sur cette dernière décennie.

Évolutions mensuelles moyennes HT des tarifs réglementés d'Engie
Année Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre
2005 - - - - - - + 4,1 % - + 2,8 % - +13,7 % -
2006 - - - - +5,8 % - - - - - - -
2007 - - - - - - - - - - - -
2008 +4,3 % - - +6,3 % - - - +5,3 % - - - -
2009 - - - - 11,3 % - - - - - - - -
2010 - - - + 9,7 % - - + 5,1 % - - - - -
2011 - - - + 5,2 % - - + 7,1 % - - + 3,2 % - -
2012 + 4,4 % - - + 1,5 % - - + 7,3 % - - + 0,8 % - -
2013 - 1,8 % - 0,5 % - 0,3 % - 0,6 % - - 0,6 % + 0,2 % - 0,5 % - 0,2 % 0% + 0,6 % - 0,1 %
2014 + 0,4 % + 0,2 % - 1,2 % - 2,1 %* 0,8% - 1,72 % - 0,1 % - 1,28 % - 0,43 % + 3,9 % + 2,31 % - 0,79 %
2015 - 0,6 %* - 1,27 % - 3,46 % + 0,58 % - 1,16 % - 0,56 % - 1,3 % 0% + 0,5 % - 1,4 % - 0,18 % - 1,26 %
2016 - 2 %* - 1,86 % - 3,22 % - 3,72 % - 0,61 % 0% + 0,4 % + 2 % + 0,4 % - 0,8 % + 1,6 % + 2,60 %
2017 + 2,30 % - 0,60 % + 2,60 % - 0,73 % - 3,30 % 0% - 3,50 % - 0,80 % 0% + 1,20 % + 2,58 % + 1 %
2018 +2,3 %* +1,3 % - 3 % - 1,1 % + 0,4 % + 2,1 % + 7,45 % + 0,2 % + 0,9 % + 3,25 % + 5,79 % - 2,4 %
2019 - 1,9 % - 0,73 % 0% - 1,91 % - 0,60 % 0% - 6,8 % - 0,55 % - 0,91 % - 2,1 % + 3 % + 0,6 %
2020 - 0,9 % - 3,3 % - 4,6 % - 4,4 % - 1,3 % - 2,8 % - 0,3 % + 1,3 % + 0,6 % + 4,7 % + 1,6 % + 2,4 %
2021 + 0,2 % + 3,5 % + 5,7 % - 4,1 % + 1,1 % + 4,4 % + 9,96 % + 5,3 % + 8,7 % + 12,6 % - -

*Les tarifs TTC lors de ces mois ont augmenté suite à la hausse des taxes appliquées sur le gaz.

Les composantes du prix du gaz naturel

Le prix de détail du gaz est fluctuant car il s'appuie sur divers facteurs qui sont les suivants :

  • Le coût d'accès au réseau de distribution de gaz : ces tarifs sont fixés par la CRE, ils sont identiques à tous les fournisseurs alternatifs et historique ;
  • Les coûts d'approvisionnement en gaz naturel ;
  • Les coûts de stockage ;
  • Les coûts commerciaux : liés à la gestion de la clientèle ou à l'achat de certificats d'économies d'énergie.

L'optimisation de ces trois derniers facteurs permet au fournisseur de proposer des tarifs plus ou moins avantageux au client, et ainsi de se différencier de la concurrence.

Néanmoins, le prix du gaz naturel comprend également trois taxes et contributions, lesquelles s'appliquent de façon identique sur la facture du client, qu'il s'agisse d'un fournisseur alternatif ou non.

  • La contribution Tarifaire d'Acheminement (CTA) : elle permet le financement des droits relatifs à l'assurance vieillesse du personnel des secteurs de l'électricité et du gaz naturel. La CTA est fixée par arrêté ministériel et l'assiette de la CTA sur la facture de chaque fournisseur varie selon leur stratégie d'approvisionnement ;
  • La Taxe Intérieure sur la Consommation de Gaz Naturel (TICGN) : elle est collectée par tous les fournisseurs auprès de leur clientèle consommatrice de gaz naturel à usage combustible. La TICGN est ensuite reversée aux services douaniers français ;
  • La TVA : 5,5% sur le prix de l'abonnement du compteur de gaz, et 20% sur la consommation de gaz naturel (TICGN comprise).

Quelles sont les offres de gaz les moins chères aujourd'hui ?

Plus d'une trentaine de fournisseurs proposent aujourd'hui des offres toujours plus compétitives. Comme le tarif réglementé n'est de toute manière plus commercialisé, tous les consommateurs doivent se tourner vers des offres à prix de marché - ce qui constitue une occasion idéale pour comparer les offres.

Pour ce qui est de février 2024, voici les offres de gaz les moins chères :

Quel fournisseur de gaz est le moins cher ?
Fournisseur de gaz Nom de l'offre Prix par an TTC Économies par rapport au Prix Repère Prix du kWh
TotalEnergies
OFFRE SPÉCIALE GAZ
🏷️ Des prix indexés !
Budget estimé
1171€
Vous économisez
61€
257.16€ 0.0914€
OHM Énergie
OFFRE MAXI ÉCO GAZ Budget estimé
1178€
Vous économisez
54€
257.16€ 0.0908€
Ekwateur
SELECTRA HIVER 2023 - 2024
✔️ Offre verte !
🏷️ Des prix indexés !
Budget estimé
1195€
Vous économisez
37€
257.21€ 0.0938€
Vattenfall
GAZ FIXE FIDÉLITÉ
🏷️ Des prix bloqués !
Budget estimé
1214€
Vous économisez
18€
269.14€ 0.0938€
CRE
PRIX REPÈRE MOYEN DE VENTE DE GAZ NATUREL Budget estimé
1232€
Même prix que le Prix Repère 257.18€ 0.0968€
Gaz de Bordeaux
GAZ RÉF
🏷️ Des prix indexés !
Budget estimé
1235€
Votre surcoût est de
3€
251.28€ 0.0977€

*Tableau à jour du 27/02/2024. Budget annuel calculé pour une consommation annuelle de 10000 kWh (classe de consommation B1) par an à Rennes .

Comment estimer sa consommation de gaz ?

La consommation de gaz diffère selon chaque logement. Plusieurs facteurs font effectivement varier la consommation de gaz, dont : la surface de logement, le nombre d'appareil fonctionnant au gaz, ou l'isolation du logement.

Il est possible d'estimer sa consommation d'énergie avec l'outil du groupe Selectra.

Une fois la consommation estimée (en kWh) du logement en main, il faut aussi connaître le prix du kWh qui lui sera appliqué. Il varie selon :

  • La classe de consommation : il varie en fonction des appareils fonctionnant au gaz (chauffage, eau chaude sanitaire, cuisson, etc.) ;
  • La zone de consommation : le prix du kWh varie aussi selon la localité de la résidence du client.

Ci-dessous sont définies les différentes classes de consommation et zones de consommation à prendre en compte pour trouver son prix du kWh.

Déménagement gaz : les classes de consommation
flamme de gaz logo Classe de consommation Appareillage Plafonds de consommation
en kWh
BASE logo cuisson
Cuisson
0 - 1000
B0 logo eau chaude et cuisson
Cuisson et eau chaude
1001 - 6000
B1 logo chauffage eau cuisson
Cuisson, eau chaude et chauffage
 
6001 - 30 000
B2 logo petite chaufferie
Petite chaufferie de copropriété
>30 001

 La zone de consommation

Voici les 6 zones de consommation définies par le fournisseur historique Engie : 

Déménagement gaz : zones de consommation, les grandes villes
logo flamme de gaz Zone Principales villes Nombre de communes au total dans cette ville
1 Lille, Nîmes, Rouen, Troyes, Lyon, Marseille 2920
2 Caen, Brest, Poitiers, Amiens, Paris, Toulon 1990
3 Chartres, Perpignan, Nice 1561
4 Bourseul, Paimpol, Gap 993
5 Pornic, Albertville, Aurillac 623
6 Beaumont, Maroilles, Villeroy 1334

Source : Engie

❓ Prix du gaz réglementé : foire aux questions


Comment calculer le prix du gaz ?

Comme expliqué précédemment, le prix du gaz et calculé selon une classe de consommation et une zone de consommation. Autrement dit, c'est la quantité de gaz consommé ainsi que la localité du logement qui régulent le prix du kWh.

Comment fonctionnent les offres indexées, fixes, et le l'indice de la CRE ?

Prix indexés, fixes et tarif réglementé - Explications
Les offres Le principe Les avantages Les inconvénients
Les prix indexés Le prix du kWh suit les variations de l'indice de la CRE, à la hausse comme à la baisse, parfois avec X% du remise selon les fournisseurs Le client profite des baisses de prix sur le marché et peuvent réaliser des économies considérables Même si les prix sont souvent plus avantageux à la souscription, les clients ne sont pas protégés des éventuelles hausses
Les prix fixes Le prix du kWh HT est fixé pour une certaine période (1, 2, 3, 4 ans). Ainsi, il est bloqué peu importe les évolutions sur le marché Offres sans engagement, malgré la fixité du prix, elles assurent des économies en période de hausse de prix. La fixité du prix ne s'applique pas sur les taxes, ainsi le prix peut tout de même changer au cours de l'année. Par ailleurs, le prix à la souscription est souvent plus élevé
L'offre Passerelle Engie

Évolution mensuelle à la hausse ou à la baisse, selon les décisions et calculs de la CRE, par rapport aux coûts réels de fourniture

Offre proposée par le fournisseur historique Engie, et donc considérée fiable (mais pas disponible à la souscription) Augmentations régulières du prix, car elle s'indexe à l'indice de la CRE qui suit le prix des marchés.

Gaz prix fixe ou indexé, lequel choisir ?

Ces deux options ont leurs avantages. En effet, un tarif fixe permettra d'assurer un prix du kWh pour une certaine durée, donc de ne pas subir les aléas du prix repère de la CRE. Le tarif indexé quant à lui s'aligne sur cet indice et ses variations. Ainsi, si le prix repère baisse, alors le prix du kWh indexé baisse aussi, et il en est de même si le prix repère augmente.

Par conséquent, il est généralement conseillé d'opter pour une offre fixe, lorsque le gouvernement annonce une nouvelle hausse du tarif réglementé / indice de la CRE, pour ne pas en être pénalisé.

Pourquoi le prix du gaz est indexé sur le pétrole ?

La décision d'indexer le prix du gaz sur le cours du pétrole permettait de garder une certaine compétitivité entre les deux énergies. En effet, depuis les années 60, les producteurs et importateurs souhaitant promouvoir le gaz naturel avaient opté sur une indexation sur le cours du pétrole afin que les variations de celui-ci se répercutent sur le prix du gaz : ainsi le gaz restait une énergie concurrentielle par rapport aux autres.