Déménagement

09 87 67 38 23

TIGF, missions du transporteur de gaz du sud-ouest de la France 2018


Transports et Infrastructures Gaz France, plus connu sous le sigle TIGF, est l'un des deux acteurs de la gestion du transport du gaz français. L'autre gestionnaire étant GRTgaz, une filiale de GDF. Outre le transport du gaz naturel, TIGF est également spécialiste dans le stockage. Sa création date du 1er janvier 2005. Quelles sont ses missions ? Pourquoi existe-t-il ?

Les missions de TIGF

logo tigf

TIGF offre et développe des prestations de transport et de stockage du gaz naturel. Seuls deux gestionnaires de transport du gaz français existent, l'autre étant GRTgaz (filiale GDF). TIGF prend en charge l'une des deux zones d'équilibrage du réseau de distribution de gaz naturel, soit la zone géographique du Sud-Ouest de la France, alors que GRTgaz (filiale de GDF) prend en charge l'autre zone. En plus du transport du gaz français, TIGF a en charge la gestion de deux sites de stockage souterrain de gaz naturel. 

Le transport du gaz naturel

Avec la volonté de libéralisation du marché de l'électricité et du gaz, TIGF est donc devenu, avec GRTgaz, l'un des deux gestionnaires de la distribution du gaz de ville. Parce qu'il est gestionnaire du transport du gaz français, sa mission comprend également l'entretien et la sécurité de l'ensemble des canalisations de gaz de ville les plus importantes de sa zone. Les autres relevant de GRTgaz, filiale de GDF. GITF assure également la continuité de l'alimentation en gaz naturel sur l'intégralité de sa zone géographique, soit le Sud-Ouest. 

Quels sont les territoires desservis par TIGF ?

Depuis l'ouverture du marché du gaz à seulement deux gestionnaires (TIGF et GRTgaz), le territoire est divisé en deux zones pour la distribution du gaz de ville. La zone géographique couverte par TIGF pour la distribution du gaz naturel comprend 15 départements du Sud-Ouest, que sont l'Ariège, l'Aude, l'Aveyron, le Cantal, la Haute-Garonne, le ers, la Gironde, les Landes, le Lot, le Lot-et-Garonne, les Pyrénées-Atlantiques, les Hautes-Pyrénées, les Pyrénées-Orientales, le Tarn et le Tarn-et-Garonne.

Pourquoi y a-t-il deux transporteurs de gaz en France ?

Gisement de gaz de Lacq

La dualité qu'il y a entre les deux acteurs depuis l'ouverture du marché du gaz s'explique par une particularité historique. Le marché du gaz français a connu un bouleversement au milieu des années 50, quand on a découvert un vaste gisement sous la commune de Lacq. La Société Nationale du gaz du Sud-Ouest en obtient la commercialisation sur la zone Sud-Ouest, le reste du territoire est géré par la CFM. Puis, avec la libéralisation du marché de l'électricité et du gaz, la Commission de régulation de l'énergie demande une séparation plus nette en 2004. Donc en 2005, Total acquiert l'entière propriété de la GSO, qui prend alors le nom de TIGF. GDF obtient quant à lui l'ensemble des parts de la CFM. Depuis 2013, ce gisement à Lacq est épuisé. Ce contexte historique explique pourquoi il n'y a que deux gestionnaires pour le transport du gaz de ville. La libéralisation du marché de l'électricité et du gaz a donné naissance à deux grands monopoles.

Libéralisation du marché de l'électricité et du gaz

Comme la distribution, gérée par GRDF, maillon suivant de la chaine de valeur de l'énergie, le transport n'est pas un secteur ouvert à la concurrence. Pour garantir un fonctionnement optimal du marché du gaz naturel, il est apparu essentiel qu'un minimum d'acteurs, historiques, s'occupent des lourdes infrastructures du transport du gaz naturel. C'est une tâche qui recquiert de l'expérience et qui ne peut pas être effectuée par une multitude de nouveaux acteurs, contrairement à la vente ou à la production du gaz.

Vers une fusion des 2 transporteurs de gaz?

Le transport du gaz en France est donc géré par deux acteurs alors que la distribution est gérée par un acteur unique GRDF. Avec l'épuisement du gisement de Lacq, l'existence de TIGF peut être remise en question. Une fusion des deux transporteurs pourrait optimiser le transport du gaz en France. Cependant, une telle fusion n'est pas encore à l'ordre du jour en 2018.

Mis à jour le